X
JPO Live du 13/03
PPA DIGITAL vous accueille en Journée Portes Ouvertes Digitales
Je m'inscris
Brochure PPA DIGITAL
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge

Le newsjacking : une stratégie de marketing agile pour capter l’attention

Actualité publiée le 21 février 2024

Dans le monde dynamique du marketing moderne, la réactivité est essentielle pour rester pertinent et engager son public. Une stratégie qui a gagné en popularité ces dernières années est le newsjacking. Cette approche astucieuse consiste à capitaliser sur l’actualité en intégrant habilement sa marque dans les conversations en cours. Dans cet article, nous explorons ce qu’est exactement le newsjacking, comment il fonctionne et comment les entreprises peuvent l’utiliser pour renforcer leur visibilité et leur engagement.

 

article_newsjacking_strategie_marketing_ppa_digital

 

Qu’est-ce que le newsjacking ?

 

Le newsjacking tire son nom de l’association de deux mots : « news » (actualité) et « hijacking » (piratage). Il s’agit essentiellement de pirater l’actualité pour promouvoir sa propre marque, produit ou service. Plutôt que de créer du contenu à partir de zéro, le newsjacking consiste à insérer astucieusement votre message dans le contexte d’un événement, d’une tendance ou d’une actualité pertinente.

 

Comment fonctionne le newsjacking ?

 

Le newsjacking nécessite une réactivité rapide. Les équipes de marketing doivent surveiller constamment les actualités et les tendances, prêtes à saisir toute opportunité pertinente. Une fois qu’un événement approprié est identifié, il s’agit de créer du contenu qui relie habilement l’événement à la marque ou au produit.

 

Par exemple, lors d’un événement sportif mondial, une entreprise de vente au détail de vêtements de sport pourrait publier du contenu sur les réseaux sociaux mettant en avant ses produits en lien avec l’événement. Ou lors d’un phénomène viral sur les réseaux sociaux, une entreprise pourrait créer une campagne amusante ou une publicité qui s’inspire de ce phénomène pour attirer l’attention sur sa marque.

 

Les avantages du newsjacking

 

Le newsjacking offre plusieurs avantages pour les entreprises. Tout d’abord, il permet de capitaliser sur l’attention déjà existante autour d’un événement ou d’une tendance, ce qui peut se traduire par une visibilité accrue et un meilleur engagement de la part du public. En intégrant sa marque dans des conversations en cours, une entreprise peut également renforcer sa crédibilité et sa pertinence dans l’esprit des consommateurs.

 

De plus, le newsjacking permet aux marques d’humaniser leur image et de montrer leur côté réactif et agile. En étant capables de réagir rapidement à l’actualité, les entreprises peuvent se démarquer de leurs concurrents et rester au cœur des conversations en ligne.

 

Les considérations à prendre en compte

 

Bien que le newsjacking puisse être une stratégie efficace, il est important de l’utiliser avec prudence. Une mauvaise exécution peut conduire à des réactions négatives de la part du public, en particulier si le contenu est perçu comme opportuniste, insensible ou maladroit. Il est donc essentiel de veiller à ce que le contenu créé soit pertinent, authentique et respectueux du contexte de l’actualité.

La formation online et en alternance

 

Si votre ambition est de vous épanouir dans le domaine en pleine croissance du marketing digital, PPA DIGITAL offre une solution complète. Nos programmes de formation, disponibles en alternance et en ligne, offrent une voie d’apprentissage flexible et adaptée à vos besoins. Avec des formations allant jusqu’au niveau Bac+5 (Bachelor, Mastère et MBA), ces programmes vous permettent d’acquérir les compétences essentielles pour réussir dans le marketing digital, que ce soit dans l’analyse des données, la gestion des médias sociaux, le référencement ou la création de campagnes publicitaires efficaces.

 

En combinant théorie et pratique, PPA DIGITAL vous prépare à exceller dans un secteur en constante évolution, où la demande de professionnels qualifiés ne cesse de croître.

Tout savoir sur le marketing mobile

Actualité publiée le 15 février 2024

Le marketing mobile ou le m-marketing, regroupe l’ensemble des techniques marketing visant à l’utilisation des terminaux mobiles, principalement le smartphone. Il est plus largement défini comme l’ensemble des actions marketing des entreprises à destinations d’individus en situation de mobilité.

Ces dernières années, la stratégie du marketing mobile s’est principalement développée grâce à l’évolution de la numérisation. En effet, nous passons en moyenne plusieurs heures par jour sur nos smartphones et selon un article de France Bleu, les Français utilisent environ 221 fois par jour leurs téléphones.

article_marketing_mobile_ppa_digital

Crédit photo : Pexels

 

Les différents outils du marketing mobile

 

Les notifications push des applications mobiles

 

Le marketing mobile passe principalement par les notifications push, qui sont envoyées par les applications utilisées par les consommateurs. Ces notifications sont là pour faire passer des alertes et des messages (une promotion, un avantage, une invitation…) et ainsi gagner en visibilité.

À savoir que les utilisateurs peuvent recevoir des notifications push même lorsque leurs applications sont fermées.

 

Les SMS (Short Message System)

 

Réaliser des campagnes de SMS est une technique très courante et efficace, car elle touche directement sa cible. Encore une fois, cela permet de transmettre des informations pertinentes telles que des offres promotionnelles, des invitations

Le taux d’ouverture des messages est bien plus important que celui des emails, c’est pour cela que cette technique est très régulièrement utilisée.

 

Les publicités

 

Le marketing mobile est également très basé sur les publicités, que ce soit sur les applications mobiles ou sur les sites internet. Lors de l’ouverture de certaines applications ou de certains sites, il est possible d’apercevoir des publicités qui inciteront les consommateurs à cliquer dessus (ce qui les reconduira sur la page de la marque).

Les publicités peuvent prendre différents aspects comme une bannière, une image, une vidéo… Bien évidemment, ce sont des publicités qui sont adaptées au format mobile et qui seront bien visible même sur des petits écrans.

 

La géolocalisation en situation de mobilité

 

Cette action marketing est un procédé permettant de positionner un objet, une personne, une voiture à l’aide de ses coordonnées géographiques… Dans ce cas, les marques utiliseront cette technique pour géolocaliser les clients lorsqu’ils se trouveront par exemple à proximité de la boutique. En recevant un message, cela attirera son attention et se tournera plus facilement vers la boutique qui se situe près de lui.

 

Les avantages du marketing mobile

 

Le marketing mobile offre de nombreux avantages :

  • Amélioration de l’image de la marque,
  • Fidélisation des clients,
  • Simplicité d’usage,
  • Originalité et personnalisations des actions marketing,
  • Développement sa clientèle,
  • Large champ d’action.

Toutes les actions mises en place vont permettre aux entreprises d’avoir un rapport de proximité avec ses clients et d’établir une relation de confiance.

 

Le marketing mobile à PPA DIGITAL

 

PPA DIGITAL, la grande école du marketing digital online et en alternance forme de futurs experts dans le marketing digital et le e-business.

Elle propose des formations délivrant des titres reconnus par l’Etat et inscrit au RNCP de niveaux 6 et 7 (Répertoire National de la Certification Professionnelle).

La pédagogie de l’établissement est de former ses étudiants en blended learning (des cours onlines et des séminaires en présentiels).

L’école PPA DIGITAL propose à ses étudiants 3 formations :

 

Choisir PPA DIGITAL, c’est avoir la garantie de suivre une formation innovante et à la pointe des tendances digitales, avec un accompagnement personnalisé.

La stratégie data marketing

Actualité publiée le 9 février 2024

Le marketing, qui constitue l’ensemble des techniques et des méthodes de stratégie commerciale, est en pleine évolution ces dernières décennies, notamment grâce à la digitalisation.

Le terme data, signifiant les données numériques, s’est combiné avec le marketing pour former le “data marketing”, une pratique stratégique que les entreprises utilisent.

PPA_sport_article_data_marketing

Crédit photo : Pexels

 

La définition du data marketing

 

Le data marketing, aussi bien appelé le data-driven marketing, consiste à utiliser les données des consommateurs en les exploitant pour établir une stratégie. Cela passe par l’analyse des clients, afin de mieux comprendre leurs comportements d’achat.

Cette pratique, basée sur la collecte et le traitement de la multitude de données, va récolter les informations sur le web et les réseaux sociaux. L’objectif premier étant de transformer les prospects en clients et améliorer la relation client.

La mise en place de cette stratégie renforce la sécurité des données, la protection de la vie privée des clients, mais favorise également l’utilisation de ces données.

 

L’évolution du data marketing

 

Le data marketing est apparu dans la seconde partie du XXème siècle, pour faciliter la prise de décisions commerciales dans l’univers du marketing.

C’est au fil des années et avec l’arrivée des nouvelles technologies que le data marketing est devenu une pratique de plus en plus utilisée par les entreprises pour faciliter le traitement de données en stockant toutes les informations nécessaires de leurs clients, leur historique d’achats…

L’augmentation des canaux de communication a également permis le développement du data marketing.

 

La mise en place d’une stratégie data marketing

 

Fixer des objectifs

Pour réussir sa stratégie data marketing, il faut dans un premier temps définir ses objectifs et les hiérarchiser.

Cette première base permettra aux équipes d’être concentré sur l’objectif final, sans être distrait. Cela peut aussi être une source de motivation et de mieux gérer son temps.

 

Récolter des données

Après avoir fixé tous les objectifs, la récolte des données peut commencer. La récolte de données doit avant tout être qualitative, cela ne sert à rien de récolter trop d’informations qui ne seront pas exploitables. Pour ne pas s’éparpiller, vous pouvez diviser vos recherches d’informations en 3 catégories : les données concernant la concurrence, les données servant à l’analyse des campagnes de data marketing et les données permettant d’établir le buyer persona.

Pour information, un buyer persona est une représentation semi-fictionnelle du client type, que vous aurez établi grâce à toutes les données récolter auparavant.

 

Créer du contenu adapté

Réussir sa stratégie data marketing passe par la création de contenu adapté au buyer persona établi dans l’étape précédente. Aisni, la récolte de données doit être fait minutieusement car elle répond aux attentes du client.

Encore une fois, il vaut mieux proposer des services ou produits de qualité à défaut de trop en proposer et que cela ne corresponde pas du tout aux attentes du consommateur.

Bien évidemment, la diversification des offres est nécessaire pour attirer de nouveaux clients et diversifier sa clientèle (tout en répondant à leurs attentes). En parlant de diversification, n’hésitez pas à être présent sur différents canaux de communication, pour toucher une large clientèle.

Proposer des offres qui correspondent aux attentes des clients va instaurer une confiance entre eux et vous, tout en les fidélisant car ils se sentiront rassurés.

 

Suivre l’évolution de la stratégie

Lorsque la stratégie data marketing mise en place, il faut constamment la suivre et l’adapter en fonction du marché. Analyser l’évolution du marché permet d’adapter ses offres, et d’être toujours à la pointe de la technologie pour ses consommateurs.

Cette analyse marche également face aux demandes des clients, si les clients s’orientent vers d’autres produits et change de comportement, il faut savoir remettre sa stratégie en cause et la réadapter.

Pour suivre son évolution, il existe ce que l’on appelle des KPI (Key Performance Indicator). Ce sont des indicateurs clés de performance offrant un suivi efficace des actions de l’entreprise à long terme.

 

Les formations pour approfondir ses connaissances du data marketing

 

Le data marketing est une stratégie en pleine expansion dans l’univers de la digitalisation. Pour bien le maîtriser, des formations spécialisées dans le marketing digital forment les étudiants souhaitant évoluer dans ce milieu.

Entre autres, l’école PPA DIGITAL, la grande école du marketing digital online en alternance, propose des formations innovantes à la pointe des tendances digitales. PPA DIGITAL dispense ses 3 formations principalement à distance et en alternance. Cela signifie que chaque étudiant aura une large autonomie dans son organisation de travail lors de ses semaines de cours, mais sera également encadré grâce à son entreprise.

L’école PPA DIGITAL met en place de nombreux projets et séminaires au sein des différents cursus, qui des temps forts de l’apprentissage des étudiants, car ce sont des occasions parfaites pour mettre en pratique leurs connaissances digitales.

Pour en savoir encore plus, de nombreuses portes ouvertes sont organisés chaque mois pour permettre aux futurs élèves de pouvoir découvrir l’univers des locaux de PPA DIGITAL ainsi que d’échanger avec l’équipe pédagogique.

Bien maîtriser la Gestion Electronique des Documents (GED)

Actualité publiée le 6 février 2024

La Gestion Electronique des Documents regroupe l’ensemble des pratiques mise en place pour gérer les informations électroniques d’une entreprise, elle définit le processus de dématérialisation. Avoir une bonne maîtrise des documents dématérialisés favorise l’organisation de l’entreprise.

article_ppa_digital_ged

Crédit photo : Pexels

Les étapes pour mettre en place la GED

 

L’acquisition

La première étape est celle de l’acquisition, qui consiste à intégrer les documents dans le système électronique choisi. Cette acquisition peut être effectuée de manière manuelle ou automatique. Et pour y arriver, chaque entreprise est libre de les intégrer comme elle le souhaite : cela peut être grâce à un scanner, via des logiciels informatiques, ou des reconnaissances de documents…

En fonction de la méthode utilisée, cette étape peut être virtuelle ou physique.

 

Le traitement

 

Lorsque tous les documents sont numérisés, ils doivent être classés et indexés. C’est à dire qu’ils vont être rangés et trier en fonctions de certains critères (catégorie, mots-clés, valeur du document…).

Cela va permettre de les exploiter et les modifier (si besoin) plus facilement et de permettre aux équipes une meilleure organisation.

 

Le stockage

 

Une fois les données sécurisés et classés, il faut se pencher sur la question du stockage. C’est à dire qu’il faut analyser la quantité de stockage qui sera nécessaire pour regrouper toutes les informations.

De plus, stocker des informatiques numériques permet de libérer de l’espace physique qui était auparavant utilisé pour ranger tous les dossiers, documents, papiers…

 

La diffusion

 

La dernière étape est celle de la diffusion, qui consiste à partager et diffuser les informations aux utilisateurs qui en auront besoin et ainsi leur donner l’accès.

Les données peuvent être partagées via différents canaux de communication tel que via un email, un intranet, un espace partagé pour les salariés…

Toutes ces étapes réunies vont permettre une meilleure harmonie au sein de l’entreprise !

 

Les avantages de la Gestion Electronique des Documents

 

Meilleure organisation et cohésion d’équipe

 

La gestion électronique des documents favorise l’organisation au sein d’une entreprise grâce à l’accessibilité des données en temps réel : il suffit simplement d’ouvrir le fichier concerner pour y avoir accès.

Une bonne organisation entraîne très généralement une meilleure cohésion d’équipe. Les informations circulent plus facilement, les échanges sont plus fluides et les équipes sont plus productives.

 

Favorise l’accessibilité des données

L’accès aux données numériques est beaucoup plus simple avec la dématérialisation et l’archivage des données numériques. Peu importe l’appareil utilisé, l’information est enregistrée grâce à des systèmes de sauvegarde qui permettent de s’y retrouve et de e pas les perdre.
En effet, les données papiers se perdent de plus en plus, et ont tendance à se perdre beaucoup plus facilement.

Ainsi, la consultation et la modification des données est beaucoup plus accessible pour les employés.

 

Renforce la sécurité des informations

 

La gestion électronique des documents permet de sécuriser de manière plus efficace l’ensemble des informations. En effet, les données sont enregistrées et stockées précieusement sur certains logiciels, réduisant les risques de disparitions de celles-ci.

Les informations sont stockées de manières sécurisée, grâce à des coffres-forts numériques, des espaces d’archivage hautement sécurisé.

De plus, le risque de perte est faible car la GED est accessible depuis tout type d’appareil, ainsi en cas de dysfonctionnement de votre appareil, il est possible de tout récupérer sur une autre grâce à la plateforme choisi.

 

Automatiser certaines actions

 

La gestion électronique des documents peut être utilisé pour automatiser certaines actions répétitives.

Ainsi, la mise en forme d’un document va être réaliser automatiquement en se basant sur des modèles prédéfinis lorsque cela lui sera demandé.

Cette automatisation facilite donc l’accessibilité aux informations nécessaires et permets aux utilisateurs de se concentre sur d’autres tâches plus importantes, ainsi qu’un gain de temps énorme.

 

Réduire les coûts et gain de temps

 

Passer à la dématérialisation entraine une énorme réduction des coûts principalement au niveau des impressions et des envois postaux, mais également au niveau des imprimantes et des cartouches d’encres. Chaque document dématérialisé évite un coût d’impression, une affaire qui arrange toutes les entreprises.

De plus, stocker physiquement tous les papiers prennent de la place, et du temps, alors qu’avec quelques clics, tous les documents sont sauvegardés et sécurisés sur des logiciels spécialisés.

 

Réduire la production de papier

 

Passer à la digitalisation pour ses documents favorise la réduction de papier de l’entreprise. Dans un premier cas, c’est en effet un coût en moins, mais c’est surtout un engagement face à la protection de l’environnement.

Cela entraine l’entreprise vers une démarche dite zéro papier en devenant un peu plus écoresponsable tout en se souciant de l’avenir de la planète, un enjeu international rappelons-le !

 

La Grande École du Marketing Digital Online pour mieux comprendre la GED

 

PPA DIGITAL, la grande école du marketing digital online permet aux étudiants d’acquérir un grand nombre de compétences sur la maîtrise du digital ainsi que sur la gestion de projet web. Développer toutes ces compétences favorisera leurs insertions professionnelles après l’obtention du diplôme grâce à la préparation assidus de la formation choisie.

Les trois formations doivent être réalisé en alternance, ce qui permettra aux étudiants de pouvoir acquérir des expériences professionnelles dès leurs début de formation. De plus, lors de leurs insertions dans le monde du travail, les recruteurs favorisent généralement les étudiants ayant déjà une expérience professionnelle.

Les NFT, qu’est-ce que c’est ?

Actualité publiée le 1 février 2024

Les jetons non fongibles (NFT) ont récemment marqué une percée significative dans le monde numérique, bouleversant notre perception et nos pratiques d’échange de la propriété en ligne. Cet article se plongera de manière approfondie dans la nature des NFT, leur mécanisme, leurs diverses applications, ainsi que les conséquences potentielles découlant de cette technologie émergente.

nft_article_ppa_sport

 

Qu’est-ce qu’un NFT ?

 

Un NFT, ou Non-Fungible Token, est une unité unique de données cryptographiques qui représente un actif numérique spécifique et indivisible. Contrairement aux crypto-monnaies traditionnelles telles que le Bitcoin ou l’Ethereum, qui sont interchangeables entre elles, les NFT ont une propriété unique, les rendant non fongibles.

L’achat et la vente de NFT se font généralement à l’aide de crypto-monnaies, et les transactions sont enregistrées de manière transparente sur la blockchain, ce qui garantit la propriété et la provenance de l’actif numérique.

En résumé, un NFT est une unité unique sur une blockchain qui certifie la propriété authentique et indivisible d’un actif numérique, introduisant ainsi de nouvelles possibilités dans la création, l’échange et la gestion de biens virtuels.

 

Applications et cas d’utilisation

 

Les applications et les cas d’utilisation des NFT (jetons non fongibles) sont diversifiés et touchent différents domaines. Voici quelques-unes des utilisations les plus notables des NFT :

 

  • Art numérique : révolutionner le marché de l’art numérique en permettant aux artistes de vendre leurs œuvres sous forme de jetons non fongibles. Cela offre une traçabilité, une propriété et une rareté authentiques aux œuvres, tout en permettant aux artistes de bénéficier directement de la vente et de la revente de leurs créations.
  • Industrie musicale : les artistes musicaux peuvent émettre des NFT pour représenter des morceaux, des albums ou des expériences exclusives. Cela crée de nouvelles sources de revenus et offre aux fans des biens numériques uniques, par exemple des éditions limitées d’albums ou des droits spéciaux.
  • Jeux vidéo : dans les jeux vidéo pour représenter des objets, des personnages, des terrains ou d’autres actifs virtuels. Les joueurs peuvent acheter, vendre et échanger ces actifs de manière transparente, créant ainsi un écosystème économique autour des jeux.
  • Propriétés virtuelles : représenter la propriété virtuelle, que ce soit dans des mondes virtuels, des espaces de réalité virtuelle ou des environnements de jeu en ligne. Les utilisateurs peuvent acheter, vendre et échanger des biens virtuels, y compris des terrains, des propriétés et des objets uniques.
  • Collectibles numériques : créer des collections numériques uniques, souvent sous forme de cartes à échanger, de figurines virtuelles ou d’autres objets de collection. Ces articles peuvent avoir une valeur intrinsèque pour les collectionneurs et les passionnés.
  • Certificats d’authenticité : certifier l’authenticité et la provenance des biens physiques. Par exemple, un NFT peut être associé à une œuvre d’art physique pour garantir son authenticité et suivre son historique de propriété.
  • Tickets d’événements : des billets d’événements, offrant une solution sécurisée et traçable pour la vente de billets. Cela aide à prévenir la contrefaçon et à garantir l’authenticité des entrées.
  • Contenus exclusifs : les créateurs de contenu peuvent émettre des NFT pour offrir des contenus exclusifs tels que des articles de blog, des vidéos, des tutoriels, etc. Les détenteurs de ces NFT peuvent accéder à des contenus réservés uniquement à eux.

 

Les Défis et Critiques des NFT

 

Les NFT ne sont pas exempts de défis et de critiques malgré leur popularité croissante. Un problème majeur réside dans leur impact environnemental, car la plupart des NFT sont créés et échangés sur des blockchains, comme Ethereum, qui utilisent la preuve de travail, entraînant ainsi des préoccupations quant à leur empreinte carbone.

 

La question de la contrefaçon et du plagiat est également soulevée, certains artistes ayant vu leurs œuvres être tokenisées sans leur consentement, mettant en lumière des inquiétudes relatives à la protection de la propriété intellectuelle.

 

Par ailleurs, le marché des NFT a connu une croissance rapide, mais cette expansion a été accompagnée de spéculations excessives, conduisant à des préoccupations concernant une possible bulle financière, avec des risques inhérents de fluctuations de valeur significatives pour les investisseurs.

 

L’accessibilité financière est une autre problématique, car la participation au marché des NFT peut exiger des ressources financières substantielles, excluant ainsi certains créateurs et amateurs d’art qui ne disposent pas de moyens financiers suffisants.

 

La sécurité des plateformes est également une préoccupation, car les plateformes NFT peuvent être la cible d’attaques informatiques, mettant ainsi en danger la sécurité des actifs numériques stockés et échangés.

 

De plus, le manque de réglementation dans le marché des NFT peut conduire à des pratiques commerciales douteuses, des litiges juridiques et des risques pour les consommateurs.

 

Enfin, la jeunesse du marché rend le secteur des NFT fragile, sensible aux tendances et aux fluctuations, ce qui peut rendre ces actifs vulnérables aux changements de sentiment et à la volatilité. Malgré ces défis, les parties prenantes travaillent activement à trouver des solutions pour façonner un marché plus transparent, durable et éthique des NFT.

 

L’avenir des NFT

 

L’avenir des NFT promet d’être dynamique et plein de développements passionnants. Voici quelques tendances et possibilités qui pourraient façonner l’avenir des NFT :

 

  • Intégration dans les industries traditionnelles
  • Émergence de normes et d’interopérabilité
  • Développement de l’écosystème DeFi (Finance décentralisée)
  • Solutions environnementales
  • Évolution des modèles économiques pour les créateurs
  • Renforcement de la réglementation
  • Innovations technologiques
  • Éducation et adoption grand public

 

PPA DIGITAL, la grande école du marketing digital online et en alternance, propose des formations en blended learning dans les domaines du marketing, du e-business et de la communication.

7 étapes pour réussir sa stratégie social media marketing

Actualité publiée le 19 janvier 2024

Le social media marketing est l’art de transmettre des produits ou services à travers les différents réseaux sociaux grâce à des techniques marketing.

 

Actuellement, les entreprises se reposent énormément sur les réseaux sociaux pour transmettre leurs informations, c’est une source d’information pour les clients et il faut y être particulièrement actif. Le numérique étant en constante évolution, les entreprises doivent se mettre à jour très souvent car un canal peut disparaître du jour au lendemain comme un autre peut apparaître.

stratégie social media marketing

 

1. Déterminer ses objectifs

 

La première étape à suivre lorsque l’on veut mettre en place une stratégie social media, est de définir ses objectifs.

Pour les fixer, les marketeurs utilisent principalement la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel). Ainsi, chaque objectif doit répondre à ces 5 critères. Elle s’inscrit dans une logique claire et précise, mais qui permet d’arriver assez rapidement aux objectifs qui sont établis.

 

2. Définir sa cible

 

Une fois les objectifs fixés, la définition de la cible est primordiale. Cette étape va vous permettre d’adapter vos offres, vos produits et vos services.

Pour y arriver, vous devez identifier le buyer persona (représentation fictive des acheteurs type des produits et services de l’entreprise) en prenant en compte l’âge, le revenu moyen les centres d’intérêts et les besoins des clients. Grâce à cette identification, il sera plus simple pour vous de définir les produits ou services qui répondent aux attentes des clients.

 

3. Choisir les réseaux adaptés

 

L’idéal pour chaque marque est d’être présent sur différents sociaux réseaux sociaux, cela renforce sa visibilité et permet de toucher tous les types d’audiences (certains réseaux sociaux vont être plus utilisés par les adolescents alors que d’autres seront plus fréquentés par les personnes plus âgées). Ensuite, vous devrez adapter vos contenus en fonction des différents médias : vous n’allez pas poster les mêmes choses sur LinkedIn (réseau social axé sur le professionnel et sur TikTok (réseau social orienté vers le divertissement).

Et en fonction de votre audience et de votre cible, priorisez certains réseaux sociaux en étant actifs très régulièrement pour partager du contenu. C’est comme ça que vous ferais grandir votre audience et attirerais de nouveaux clients.

 

4. Déterminer une stratégie éditoriale

 

Pour se démarquer de la concurrence, il faut proposer du contenu original et unique. Pour y arriver, une stratégie éditoriale doit être mise en place. Elle va définir de manière claire la ligne conductrice de vos publications (le ton employé, les mots-clés, les thématiques abordées, le rythme de publication…). C’est un pilier de la stratégie marketing car elle permet d’atteindre plus facilement ses objectifs. La stratégie éditoriale représente finalement l’image de la marque, alors il ne faut pas la négliger.

 

5. Élaborer un calendrier éditorial

 

Après avoir créé une stratégie éditoriale, il faut déterminer à quelle fréquence vous allez publier du contenu, il est donc nécessaire d’élaborer un calendrier éditorial. Cet outil, utilisé en marketing permet de prévoir à l’avance les publications en les programmant, d’avoir une vision d’ensemble des réseaux sociaux, d’être organisé et de ne pas perdre de temps.

 

6. Analyser la concurrence

 

Se renseigner sur la concurrence arrive bien plus souvent que l’on ne l’imagine, car c’est en réalité un indicateur qui vous permettra de vous positionner vis-à-vis d’une autre entreprise.

Il faut donc trouver le temps de faire cette analyse car elle ça permet de déterminer les forces et les faiblesses de l’entreprise et d’apporter quelques améliorations à vos services ou produits et à vos contenus sur les réseaux sociaux.

 

7. Mesurer les KPI

 

Un KPI “Key Performance Indicator” ou plus simplement l’indicateur de performance est un élément qui permet de mesurer la progression vers vos objectifs et ainsi déterminer si la stratégie marketing mise en place est fonctionnel.

En fonction des chiffres obtenus, vous pouvez ajuster votre stratégie social media pour qu’elle corresponde mieux à vos objectifs et donc par la même occasion répondre aux attentes des clients.

 

Mieux comprendre la stratégie social media marketing

 

Pour mieux comprendre la stratégie social media marketing et y voir plus clair, vous avez la possibilité de vous former dans l’univers du digital.

L’école PPA DIGITAL, la grande école du marketing digital online et en alternance forme ses étudiants aux métiers du e-business et du numérique. Cette école est également réputée pour ses formations qui se déroulent principalement à distance et par le rythme de formation qui est en alternance. Les étudiants bénéficient donc d’une certaine autonomie tout en associant les cours, l’alternance et les séminaires.

Les différentes formations proposées sont :

Comment devenir responsable webmarketing ?

Actualité publiée le 15 janvier 2024

Le métier de responsable webmarketing a pour objectif de développer la stratégie marketing digitale pour accroître le développement de l’entreprise pour laquelle il travaille.

 

article-comment-devenir-responsable-marketing-ppa-digital

 

Crédit photo : Pexels

 

 

Les missions

 

En tant que maître du développement marketing et digital d’une entreprise, le métier de responsable webmarketing se caractérise par la polyvalence des missions et les nombreuses responsabilités qu’il encoure. Les missions les plus fréquentes sont :

 

  • Définir une stratégie digitale : consiste à mettre en place une technique pour atteindre les objectifs de l’entreprise en reposant sur les outils digitaux.
  • Superviser des projets : contrôle la réalisation du projet et vérifie que tout soit effectuer dans les bonnes conditions.
  • Optimiser le référencement naturel : méthode utilisée qui va améliorer le classement des sites de l’entreprise dans les résultats organiques ou naturels des moteurs de recherche. C’est ce qu’on appelle également le SEO (Search Engine Optimization).
  • Veiller au respect du budget : cette surveillance permet de ne pas faire d’écart vis à vis du prix fixé au début du projet. Ainsi, il évite tout souci de trésorerie ou problème qui pourrait être négatif à l’entreprise.
  • Gérer les réseaux sociaux : assurer la présence de l’entreprise sur les réseaux sociaux augmentera sa visibilité et permettra de la développer en attirant de nouveaux clients.
  • Élaborer les campagnes d’e-mailing : envoie de mails groupés consistant à attirer de nouveaux clients et les fidéliser mais c’est aussi une technique d’information. Pour bien réussir ses campagnes d’e-mailing, il faut savoir cibler les bonnes personnes et définir leurs attentes.
  • Assurer le bon suivi de la ligne éditoriale : veille au respect de la stratégie et de la vision de l’entreprise. Il est impératif de la respecter car elle représente la marque.

 

 

Les compétences

 

Pour accéder à ce métier, le responsable webmarketing doit forcément avoir une très bonne connaissance dans l’univers du web et du marketing. Hormis cela, de nombreuses autres compétences sont attendues comme :

 

  • Sens du relationnel : un domaine où les interactions sont fréquentes, il convient donc de savoir interagir professionnellement avec les autres personnes.
  • Capacités rédactionnelles : la communication écrite est permanente dans ce métier, il faut donc maîtriser l’art de l’écriture en tant que responsable webmarketing.
  • Créativité : pour attirer des clients il ne faut jamais proposer toujours les mêmes produits ou services et ainsi être innovant en créant de nouveaux supports de communication…
  • Organisation : il est primordial de savoir classer ses priorités mais aussi superviser des équipes en désignant des rôles de chacun. Sans cette organisation, le projet risque de ne pas aboutir.
  • Résistance au stress : de nombreuses difficultés sont présentent en tant que responsable webmarketing, pour se faire il ne faut pas paniquer mais plutôt réussir à gérer les problèmes en trouvant des solutions à chaque situation problématique.
  • Sens de l’esthétique : capacité à créer des visuels attractifs et coordonnés attirera forcément l’œil des clients, alors il faut être raffiné dans chaque choix des couleurs de chaque support…

 

Les formations

 

Pour devenir responsable webmarketing, une formation supérieure est requise.

 

À PPA DIGITAL, les formations spécialisées dans le marketing digital et le e-business délivrent aux étudiants des diplômes certifiés par l’État et offre un accompagnement personnalisé à chacun.

En effet, l’école a pour objectif d’aider tous les étudiants à trouver un poste en entreprise qui est en adéquation avec leurs projets professionnels. Ainsi, les étudiants sont accompagnés du début à la fin grâce à plusieurs entretiens qui permettent d’améliorer son CV et sa lettre de motivation tout en développant sa page LinkedIn. PPA DIGITAL met également en place des séances de coaching permettant de préparer les étudiants à leurs futurs entretiens.

 

De plus, le cursus est principalement dispensé en distanciel, ce qui offre la possibilité aux étudiants d’être à la fois à l’école à distance et en entreprise : une démarche qui favorise l’autonomie de chacun.

 

 

Bac +3 :

  • Bachelor Marketing Digital : cette formation a pour objectif de former de futurs professionnels polyvalents en les formant au développement web et son analyse, à la maîtrise des codes du webdesign ainsi que tous les outils de communication digitaux (SEO, SEA, Suite Adobe…)

 

Bac+5 :

  • Mastère marketing digital et e-business : effectuer ce Mastère permet aux étudiants d’approfondir leurs maîtrise technique et pratique des leviers du digital de manière très approfondie. Grâce à ce diplôme, ils auront l’avantage de s’insérer plus facilement dans différentes avec des postes à hautes responsabilités.

 

Les évolutions de carrière

 

Le responsable webmarketing peut, après quelques années d’expérience évoluer dans sa carrière et obtenir un poste avec davantage de responsabilités. Par la suite, il peut évoluer en devenant :

 

  • Directeur marketing,
  • Directeur digital,
  • Conseiller en web marketing,
  • Manager de projet digital…

Réussir son parcours en alternance : conseils pratiques

Actualité publiée le 8 janvier 2024

L’alternance, véritable passerelle entre le monde professionnel et de la formation, offre une opportunité unique d’acquérir des compétences pratiques tout en poursuivant ses études.

alternance-ppa-digital-article

Crédit photo : pexel

Qu’est-ce que l’alternance ?

 

Ce mode d’apprentissage dynamique constitue un choix stratégique pour de nombreux étudiants cherchant à fusionner théorie et expérience concrète dans leur parcours éducatif. La réussite dans l’alternance requiert cependant une approche réfléchie et une préparation adéquate.

Que vous soyez sur le point de vous lancer dans cette aventure passionnante ou que vous soyez déjà engagé dans un programme en alternance, ces conseils visent à maximiser votre réussite en combinant judicieusement les aspects académiques et professionnels de votre formation.

 

Gérer le rythme de l’alternance

 

Établir un équilibre cohérent entre les heures passées en entreprise et celles dédiées aux cours. Comprendre les attentes de l’employeur et du programme académique permet de répartir efficacement son temps. S’assurer de bien assimiler les concepts théoriques tout en appliquant les compétences acquises sur le terrain constitue la clé d’un équilibre réussi.

La gestion du temps devient une compétence essentielle en alternance. Mettre en place un emploi du temps structuré, intégrant les heures de travail, les cours et le temps de travail personnel, permet de maximiser la productivité. Des outils de planification, tels que des agendas électroniques ou des applications dédiées, peuvent faciliter cette organisation.

L’alternance peut connaître des périodes particulièrement intenses, avec des projets en entreprise et des échéances académiques qui se chevauchent. Anticiper ces moments critiques en planifiant à l’avance, en priorisant les tâches et en sollicitant un soutien lorsque nécessaire, contribue à atténuer le stress et à garantir des performances optimales.

En somme, la gestion du rythme en alternance nécessite une approche proactive et une conscience aiguë des responsabilités professionnelles et académiques. En équilibrant judicieusement ces deux aspects, les étudiants peuvent maximiser les bénéfices de l’alternance tout en garantissant leur succès tant sur le plan professionnel qu’éducatif.

 

L’expérience en entreprise

 

Dès les premiers jours en entreprise, il est essentiel de démontrer son engagement envers le poste et son désir d’apprendre. Se montrer curieux, poser des questions pertinentes et participer activement aux projets sont autant de moyens de montrer sa motivation. Les employeurs apprécient les collaborateurs qui cherchent à s’impliquer et à contribuer positivement à la dynamique de l’équipe.

Établir des relations professionnelles solides avec les collègues, les superviseurs et d’autres intervenants ouvre des portes pour de futures opportunités. Participer à des événements d’entreprise, rejoindre des groupes de travail ou simplement discuter avec les membres de l’équipe pendant les pauses peuvent favoriser des relations professionnelles durables.

Chaque tâche et projet en entreprise offre une occasion d’apprendre et de se développer. Il est important de capitaliser sur ces expériences en identifiant les compétences acquises, les défis surmontés et les succès rencontrés. Tenir un journal de travail peut être un moyen efficace de suivre sa croissance professionnelle et de se préparer à partager ces expériences lors d’entretiens futurs.

 

Choisir une formation en blended learning

 

La formation en blended learning à PPA DIGITAL représente une approche novatrice et parfaitement adaptée aux besoins actuels du monde professionnel. En combinant des cours à distance avec une alternance en entreprise, cette méthode offre aux étudiants une expérience d’apprentissage complète et flexible. Les cours en ligne, dispensés par des experts du domaine, permettent aux apprenants d’accéder à des contenus de qualité tout en adaptant leur emploi du temps à leurs contraintes personnelles.

D’un autre côté, l’alternance en entreprise chez PPA DIGITAL offre une immersion pratique dans le monde professionnel, permettant aux étudiants d’appliquer directement les connaissances acquises en cours. Cette synergie entre la théorie enseignée en ligne et la pratique en entreprise offre aux apprenants un parcours éducatif dynamique, les préparant de manière optimale aux défis de l’environnement professionnel contemporain. Grâce à cette approche blended learning, PPA DIGITAL s’engage à former des professionnels compétents, polyvalents et prêts à exceller dans le monde du digital.

 

Les programmes de PPA DIGITAL

 

Le Programme comprenant le Bachelor Marketing Digital et le Mastère Marketing Digital et E-Business sur une durée de cinq ans, ambitionne de fournir un niveau d’excellence et d’expertise dans les domaines du marketing digital, du développement web, de la gestion de projet et des outils de communication digitaux.

Le MBA spécialisé PPA DIGITAL, équivalent à un Bac+4/5 et reconnu au niveau 7 par l’État, se distingue en tant que programme d’excellence en alternance.

Destiné aux étudiants désireux d’acquérir une spécialisation ou une double compétence, ce cursus a été spécialement conçu par des professionnels du secteur pour répondre aux exigences du marché numérique. En anticipant les besoins des entreprises, qui recherchent des collaborateurs opérationnels dès leur sortie d’école, nous avons intégré le volet alternance dès la 1re année à notre formation Ainsi, nos étudiants sont prêts à relever les défis du monde professionnel avec les compétences recherchées par les entreprises du secteur numérique.

Comment bien gérer un projet web ?

Actualité publiée le 5 janvier 2024

Gérer un projet web peut sembler insurmontable lorsque nous n’avons pas les clés en mains. Le secret de sa réussite repose principalement sur l’organisation qui est mise en place pour sa création, chaque étape est cruciale !

Vous souhaitez vous lancer dans un projet web mais n’avez aucune idée de par où commencer ? Voici les étapes à suivre pour mener à bien votre projet web.

article-ppa-digital-gestion-de-projet-web

Crédit photo : Pexels

 

Qu’est-ce qu’un projet web ?

 

Un “projet web” est un projet qui est destiné à internet. II peut s’agir de la création d’un site web (ou de sa refonte), d’une application mobile, d’un blog…

L’ensemble des actions menées qui vont aboutir à la création d’un produit doivent répondre au marché actuel. Toutes ces actions sont réalisées sous des contraintes de temps et de budget : il est donc impératif d’assurer l’exploitation du projet final ainsi que de bien calculer les ressources nécessaires (humaines, matérielles et financières).

Pour que le projet web soit viable, il doit respecter la garantie légale de conformité et respecter le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

 

Les étapes à suivre pour la gestion d’un projet web

 

La réussite de votre projet web repose sur le plan d’organisation et le bon déroulement de chaque étape. Il ne faut pas les négliger car cela pourrait tout faire basculer. Pour s’organiser, le chef de projet web sera le garant de chaque procédé et va se charger de répartir l’ensemble des tâches à son équipe.

  • Définir les objectifs : une première étape importante pour la création d’un projet web. Pour ce faire, il faut dans un premier temps comprendre les besoins et les attentes de la cible visée. En effet, sans analyse des besoins, les objectifs ne seront pas clairs et le risque de s’emmêler les pinceaux augmente. Une fois les analyses faites, il faut se fixer des objectifs pour ne pas s’éloigner du fil conducteur. Fixer des objectifs permet également de motiver les membres de l’équipe car ils savent quel est le but de ce projet.
  • Mise en place d’une équipe : une fois les besoins de la cible établis et les objectifs fixés, le chef de projet peut constituer son équipe. Il doit choisir les membres qui seront les plus aptes à réaliser le travail demandé. L’équipe doit être constitué de membres polyvalents car les missions sont variées : chacun peut apporter ses compétences. Elle peut être constitué de designers, de rédacteurs, de développeurs…
  • Planification : cette étape va permettre de planifier les tâches pour une organisation plus claire. C’est également le moment où chaque membre va se voir attribuer son rôle et ses missions.
  • Création de l’arborescence du site : c’est un plan du projet qui va être réalisé (ex : plan du site ou de l’application) et qui va permettre de définir son organisation. Pour que l’arborescence soit lisible et claire, il faut identifier les contenus, les organiser puis les hiérarchiser.
  • Conception du design : c’est après la planification que la création graphique peut commencer. On appelle également cette étape “l’habillage” car elle consiste à élaborer le design tout en respectant la charte graphique de la marque (si elle en a une).
  • Phase de développement : ensuite arrive la phase de conception du projet. C’est l’une des étapes les plus longues dans la création du projet car elle consiste à développer le design et en créer quelque chose de concret. C’est à ce moment que les développeurs vont pouvoir mettre en avant leurs capacités. Ils sont responsables de la mise en œuvre des éléments du projet et de la gestion des données.
  • Recettage : c’est une étape de “validation” qui consiste à valider l’ensemble du développement et de corriger les imperfections. L’équipe devra donc effectuer des tests pour être sûr que le projet soit fonctionnel. C’est une phase régulièrement courte mais qui dépend du nombre de problèmes décelés.
  • Lancement : après toutes les étapes, c’est le moment de mettre en avant le projet web et de le diffuser pour qu’il soit accessible à tous.
  • Maintenance : une fois lancé, le projet web nécessite un suivi et ça passe par l’étape de la maintenance pour réaliser des améliorations continues. L’équipe doit maintenant suivre son évolution et faire des modifications comme ajouter de nouvelles fonctionnalités. Certaines applications existent pour suivre et analyser la performance du projet.

 

Une équipe collaborative

 

Durant certaines étapes, l’équipe doit travailler en collaboration avec d’autres professionnels tels que des UX/UI designers, des experts SEO… Cela va permettre de s’assurer que le projet réponde bien aux attentes identifier au départ et de développer le projet web au mieux. Une entreprise peut faire appel à des prestataires pour ce projet unique ou bien créer une équipe entière en interne.

Pour maximiser la réussite d’un projet web il faut impérativement être organisé et définir chaque étape du processus de création. Sans ces étapes, le projet web risque d’être défaillant ou ne pas être à la hauteur des besoins attendus par les utilisateurs.

Si vous souhaitez vous lancer dans de gros projets web, il est conseillé d’aller jusqu’à un bac+5 dans le domaine du marketing et du e-business. C’est ce que l’école PPA DIGITAL propose à travers le Mastère “Marketing digital et e-business ». Les étudiants développent les compétences nécessaires à la gestion de projets web et à la maîtrise des leviers du digital de manière approfondie. Cette formation se déroule en alternance et permet aux étudiants d’être immédiatement confrontés à la réalité au sein des entreprises.

Les missions d’un chef de projet web développement

Actualité publiée le 19 décembre 2023

Le rôle du chef de projet en développement web est incontournable dans le succès d’un projet numérique. En tant que chef d’orchestre, il est chargé de coordonner les différentes étapes, de la conception initiale à la livraison finale, en veillant à ce que chaque élément s’emboîte parfaitement pour créer un produit fonctionnel et satisfaisant les attentes du client. Cette première partie de l’article se penchera sur la définition du rôle du chef de projet en développement web et mettra en lumière l’importance cruciale de cette fonction.

Le succès d’un projet web repose largement sur la compétence du chef de projet à naviguer à travers les défis inhérents au développement web. Sa capacité à anticiper, à planifier et à réagir rapidement face aux imprévus influence directement la qualité du produit final.

article-missions-chef-de-projet-developpement-web-ordinateur

 

Compréhension du Projet

Analyse des besoins du client

Avant même de plonger dans le code, le chef de projet doit mener une analyse approfondie des besoins du client. Cela implique des réunions de consultation pour discuter des objectifs généraux, des fonctionnalités requises, et des contraintes éventuelles. Une communication claire et transparente avec le client est essentielle pour saisir pleinement la vision du projet.

Définition des objectifs du projet

Le chef de projet doit définir des objectifs précis pour le projet. Ces objectifs doivent être spécifiques, mesurables, atteignables, pertinents et limités dans le temps (critères SMART). La définition d’objectifs clairs permet à l’équipe de développement de rester concentrée et alignée sur les résultats attendus.

Élaboration d’un cahier des charges

Sur la base de l’analyse des besoins du client et de la définition des objectifs, le chef de projet élabore un cahier des charges détaillé. Ce document essentiel récapitule les fonctionnalités du produit final, les contraintes techniques, les délais et le budget alloué. Le cahier des charges sert de guide tout au long du processus de développement, offrant une référence constante pour garantir que le projet reste aligné sur les attentes initiales du client.

 

Planification et Gestion des Ressources

 

Élaboration d’un planning de projet

La première étape de la planification consiste à établir un planning détaillé du projet. Le chef de projet doit décomposer le projet en différentes phases, déterminer les dépendances entre les tâches, et attribuer des délais réalistes à chaque étape. Un planning bien conçu permet de visualiser le déroulement du projet, d’anticiper les éventuels obstacles, et de gérer efficacement le temps.

Allocation des ressources humaines et matérielles

Le chef de projet doit allouer les ressources humaines et matérielles nécessaires. Cela implique la sélection des membres de l’équipe en fonction de leurs compétences et de leur disponibilité, ainsi que l’affectation des équipements et des outils nécessaires au développement.

La gestion des ressources humaines implique également la formation continue de l’équipe, assurant que chacun dispose des compétences nécessaires pour accomplir ses tâches spécifiques. Le chef de projet doit créer un environnement de travail propice à la collaboration et à la productivité.

Gestion du budget et des éventuels ajustements

Le chef de projet doit surveiller les coûts liés aux ressources humaines, aux logiciels, aux équipements, et autres dépenses connexes. La capacité à rester dans les limites du budget défini tout en maintenant la qualité du projet est une compétence clé.
En cas de dépassement budgétaire imprévu, le chef de projet doit être capable d’identifier les raisons du dérapage et de mettre en place des ajustements appropriés. La transparence vis-à-vis du client est également essentielle, permettant de maintenir une relation de confiance malgré les contraintes budgétaires.

 

Coordination d’Équipe

 

Recrutement et formation des membres de l’équipe

La première étape de la coordination d’équipe commence par le recrutement des membres compétents et complémentaires. Le chef de projet doit évaluer les compétences techniques et interpersonnelles des candidats pour s’assurer qu’ils s’intègrent harmonieusement à l’équipe existante.
Une fois l’équipe formée, le chef de projet doit assurer une formation continue pour garantir que chaque membre dispose des compétences nécessaires pour les tâches spécifiques du projet.

Résolution des conflits au sein de l’équipe

Les conflits au sein de l’équipe peuvent surgir pour diverses raisons, qu’elles soient liées à des différences d’opinions, à des tensions personnelles, ou à des enjeux professionnels. Le chef de projet doit être prêt à intervenir rapidement pour résoudre les conflits et restaurer l’harmonie au sein de l’équipe.

 

Supervision du Développement

 

Suivi de l’avancement du travail

Le chef de projet doit mettre en place des mécanismes de suivi pour évaluer en temps réel l’avancement du travail. Cela peut inclure des réunions régulières d’équipe, des rapports d’état, ou l’utilisation d’outils de gestion de projet. L’objectif est de s’assurer que chaque membre de l’équipe progresse conformément au planning établi.

Garantie du respect des délais et de la qualité du code

Il est responsable du respect des délais fixés initialement. Cela nécessite une gestion efficace du temps, la capacité à prioriser les tâches et à réallouer les ressources si nécessaire. La pression du temps est inévitable, et le chef de projet doit maintenir un équilibre entre la rapidité d’exécution et la qualité du code.

 

Gestion des Risques

 

Identification des risques potentiels

Le chef de projet doit collaborer étroitement avec l’équipe pour recenser tous les risques potentiels, en s’appuyant sur l’expérience passée, l’analyse des données et des modèles, ainsi que sur des échanges ouverts avec les membres de l’équipe.

Mise en place de solutions préventives

Une fois les risques identifiés, le chef de projet doit élaborer des solutions préventives pour atténuer leur impact éventuel. Cela peut inclure la définition de plans d’action alternatifs, l’affectation de ressources supplémentaires, la révision des plannings, ou la mise en place de protocoles de communication renforcée.

 

Test et Validation

 

Organisation des phases de test

Il doit élaborer une stratégie de test complète, définissant les différentes phases de test à mettre en œuvre tout au long du projet. Cela peut inclure des tests unitaires, des tests d’intégration, des tests de performance, des tests de sécurité, et d’autres tests spécifiques à la nature du projet.

Correction des anomalies

Lors des phases de test, des anomalies peuvent être détectées, qu’elles soient liées à des erreurs de code, des incohérences fonctionnelles, ou d’autres problèmes. Le chef de projet doit superviser la correction rapide de ces anomalies, en collaboration avec les membres de l’équipe de développement.

Validation finale avec le client

Cette étape est essentielle pour s’assurer que le produit répond aux attentes du client et aux spécifications définies initialement. La démonstration du produit, accompagnée de rapports de test détaillés, offre une transparence totale sur la qualité du produit final.

 

Livraison et Suivi Post-Production

 

Préparation de la livraison du produit final

Avant la livraison, le chef de projet doit s’assurer que le produit est prêt à être déployé. Cela implique de vérifier une dernière fois la qualité du code, de s’assurer que toutes les fonctionnalités sont opérationnelles, et de préparer la documentation nécessaire pour le client.

Suivi post-production et correction des éventuels problèmes

Une fois le produit livré, le chef de projet reste attentif aux retours du client et aux éventuels problèmes qui pourraient survenir après la mise en production. La réactivité face à ces problèmes est cruciale pour maintenir la confiance du client.

Il est tout à fait possible de devenir chef de projet en développement web en suivant une formation complète en alternance, notamment avec des cours en ligne proposés par des institutions telles que PPA DIGITAL. L’alternance, qui combine l’apprentissage en entreprise et les cours théoriques, offre une expérience pratique et permet d’acquérir des compétences concrètes.

200